Reconversion professionnelle

Béziers formation vous oriente vers une nouvelle carrière, formation ou reconversion professionnelle

 

Reconversion professionnelle

 

Le Congé Individuel de Formation (CIF)

Le congé individuel de formation est une période qui permet à tout salarié (sous certaines conditions d’ancienneté), à son initiative et à titre individuel, de quitter momentanément son entreprise pour suivre une action de formation importante afin de postuler à un poste supérieur, changer d’emploi, de métier ou de filière professionnelle – indépendamment du plan de formation de l’entreprise. Le CIF doit être demandé par écrit à l’employeur, qui dispose d’un mois pour donner sa réponse (l’absence de réponse valant acceptation). Si les conditions sont remplies, ce congé ne peut être refusé, mais il peut être repoussé.
Ce congé n’étant pas rémunéré par l’entreprise, le salarié peut demander une prise en charge par un organisme collecteur agréé (OPACIF ou AGECIF) notamment pour une Reconversion professionnelle.

Le Compte Personnel de Formation (CPF)

Depuis le 1er Janvier 2015, le DIF a disparu et a été remplacé par une nouvelle modalité d’accès à la formation : Le Compte Personnel de Formation (CPF). Ce droit universel (chaque personne dispose d’un compte personnel de formation dès son entrée sur le travail et jusqu’à son départ à la retraite et peut envisager une Formation Reconversion professionnelle) et individuel (chaque personne bénéficie d’un compte, qu’elle soit salarié ou demandeur d’emploi) permet à tous les intéressés de plus de 16 ans d’en disposer librement, à condition que la formation choisie soit éligible au CPF (vous trouverez la liste détaillée de ces formations sur le site du gouvernement).

Le CPF est alimenté automatiquement en heures, dans la limite du plafond totale de 150 heures :

  • Le salarié à temps plein acquiert 24h par année de travail jusqu’au seuil de 120h puis 12h par année de travail jusqu’à atteindre 150h
  • Pour un salarié à temps partiel, les droits au titre du CPF sont calculés proportionnellement au temps de travail effectif (par exemple un salarié au 4/5e, soit 80% d’un temps complet, verra son CPF crédité de 19,20h, arrondies à 20h, par année de travail jusqu’au seuil de 120h. Puis, 9,6h arrondies à 10h, par année de travail jusqu’à atteindre 150h.

Au-delà de ce plafond, il peut être abondé en application d’un accord d’entreprise, d’un accord de branche, d’un accord d’OPCA interprofessionnel. En cas de manquement à l’entretien professionnel, au sein des entreprise de plus de 50 salariés, l’entreprise devra abonder de 100h supplémentaires le CPF du salarié à temps complet concerné (130h pour un salarié à temps partiel).
L’employeur doit donner son accord sur le contenu et le calendrier de la formation uniquement si celle-ci se déroule tout ou partie sur le temps de travail.